Menu
  • Le flux RSS de ce compte twitter ne semble pas disponible pour le moment.

Suivre @EcommeENFANTS sur Twitter.

Faire garder son enfant malade

Après la gastro et la bronchiolite, la grippe !

Après la gastro et la bronchiolite, l’arrivée de la grippe !

Depuis 15 jours, c’est le retour des pandémies hivernales chez les enfants : gastro, bronchiolites, rhumes, … et voilà la grippe !  Et avec l’école et la crèche, nos enfants vont ramener à la maison tous les virus de saison ! Comment s’y retrouver ? Comment les soigner ? Comment protéger toute la famille ? Suivez nos conseils.

 

Tous ces virus se transmettent de la même manière : lorsqu’on s’embrasse ou que l’on se serre la main, par le contact des objets touchés (poignée de porte, bouton d’ascenseur, jouets, doudous, journaux, papiers, écran de téléphone ou de tablette, …), ou par voie aérienne à cause de la toux, des postillons, des éternuements.

Alors on ne partage ni son verre, ni sa serviette de toilette et on ne termine pas la cuillère de bébé. Sans oublier de nettoyer régulièrement les écrans de nos téléphones et tablettes !

 

Les signes à repérer chez un enfant

Chez un enfant, certains signes doivent vous alerter et vous faire consulter le pédiatre ou le médecin traitant. Les diarrhées et les vomissements sont symptomatiques de la gastro. Mais l’enfant peut simplement se plaindre d’avoir mal au ventre ou mal au cœur (nausée). Associés à de la fièvre, c’est une gastro presque assurée !

La grippe s’accompagne généralement de fortes fièvres et de courbatures, mais un enfant a parfois du mal à expliquer cette sensation.

Et chez un tout-petit, les symptômes sont encore plus difficiles à cerner ! Si un bébé prend mal ses biberons (moins de la moitié  des biberons sur 12 heures), s’il est grognon, si la fièvre est supérieure à 38°, il vous faudra consulter !

 

La gastro-entérite est là … quoi faire ?

Très contagieuse, l’hygiène est le maître mot de la prévention de la gastro-entérite.

Pour en finir au plus vite, outre les médicaments prescrits, l’alimentation a une part importante : bananes, compotes de coing, bouillon de carotte, riz et pommes de terre sont à privilégier. Si l’enfant n’a pas faim, ne le forcez pas, tant qu’il boit suffisamment pour compenser la perte engendrée par les vomissements ou la diarrhée et proposez lui des aliments qu’il apprécie.

Attention à consulter le médecin ou le pédiatre en cas de diarrhées aigües ou de vomissements répétés. Un enfant se déshydrate très vite. Voici quelques reflexes de l’Inpes en cas de diarrhée chez le jeune enfant :

Pour éviter et traiter la déshydratation, voici trois conseils simples à mettre en application :

  1. Proposez à votre enfant de boire une solution de réhydratation orale (SRO), à volonté, et au début plusieurs fois par heure. S’il vomit, rafraîchissez la solution et faites-lui en boire à petites gorgées. Pensez à toujours avoir des sachets de SRO avec vous afin de pouvoir réagir rapidement. Ils sont disponibles en pharmacie sans ordonnance et remboursés par l’Assurance maladie sur prescription jusqu’aux cinq ans de l’enfant.
  2. Proposez régulièrement à votre enfant de mangerdes aliments qu’il apprécie particulièrement ou poursuivez les tétées si vous l’allaitez.
  3. Surveillez votre enfant jusqu’à la fin de la diarrhéeen prenant sa température, en surveillant le nombre de selles, de vomissements, la quantité de solutions de réhydratation ou d’aliments consommés. Soyez très attentif à son comportement  et à l’évolution de la maladie : s’il n’est pas comme d’habitude, ou si les symptômes persistent, contactez  son médecin.

Pour plus de renseignement, vous pouvez consulter la brochure de l’INPES et télécharger la brochure en cliquant ici : Diarrhée du jeune enfant, évitez la déshydratation ! (INPES)

 

La grippe est arrivée !

L’épidémie grippale est en forte augmentation ces derniers jours.

La grippe peut être grave, notamment chez un tout-petit. Il convient donc d’être vigilant et de consulter le pédiatre au moindre doute.

C’est quoi les symptômes de la grippe ? Fièvre supérieure à 38 °C, courbatures, grande fatigue et toux ou difficultés respiratoires, parfois des signes digestifs (diarrhées) notamment chez les enfants.

Dès l’apparition de l’un ou l’autre des symptômes, appelez votre médecin traitant et allez consulter rapidement. N’hésitez pas à appeler le médecin, le pédiatre ou le 15, si votre enfant est simplement fiévreux ou « grognon » (possible absence de fièvre chez les enfants), ou pour un nourrisson de moins de six mois qui prend mal ses biberons (moins de la moitié des biberons sur 12 heures). Il faut être vigilant car la grippe chez les enfants est souvent atypique.

Il faudra veiller à faire baisser la fièvre (voir un peu plus bas comment lutter contre la fièvre et les idées reçues J), a beaucoup faire boire votre enfant et à le laisser se reposer.

 

La bronchiolite encore là

Une légère fièvre, bébé qui tousse, le nez qui coule, peu d’appétit, une gêne respiratoire … revoilà la bronchiolite ! Direction le pédiatre sans attendre pour un traitement médicamenteux et direction le kiné pour quelques séances de kiné respiratoire.

Il faut être prudent avec les tout-petits, notamment en cas de forte gêne respiratoire (détresse respiratoire) ou si ses lèvres ou ses ongles deviennent bleus.  
Pour plus de renseignement, vous pouvez consulter la brochure de l’INPES ou la télécharger en cliquant ici La bronchiolite (INPES).

 

Prévention de la fièvre et lutte contre les idées reçues !

Quelle que soit la cause de la fièvre, notamment chez les jeunes enfants, il faut la faire baisser. Chez un enfant, la fièvre commence à 38.5° et chez un bébé à 38°.

Il ne faut pas attendre et la prendre en charge tout de suite. Pour faire baisser la fièvre, outre le paracétamol (ne pas donner d’ibuprofène ou d’aspirine sans avis médical) on découvre au maximum l’enfant ! Allez, en couche ou en culotte et on retire la couette ou la gigoteuse. On lui donne à boire très régulièrement, et on fait baisser la fièvre degré par degré à l’aide d’un gant de toilette humide. Pas de bain tant que la fièvre est supérieure à 38°, l’enfant pourrait avoir un choc thermique et convulser. Pour une fièvre supérieure à 40°, on évite, si possible, de laisser l’enfant s’endormir.

Quoi qu’il en soit, on surveille régulièrement sa température à l’aide d’un thermomètre frontal ou auriculaire, et on reste vigilant sur les variations importantes sur des courtes durées qui peuvent provoquer des convulsions.

 

Pour se protéger de tout ça on fait quoi ?

La famille peut essayer de passer au travers des pandémies virales hivernales avec quelques règles d’hygiène de base. On se lave les mains régulièrement (en rentrant du square ou de l’école, après être allé aux toilettes, avant et après la préparation du repas, après s’être mouché ou avoir éternué) avec du savon et en comptant jusqu’à 30.

On utilise un mouchoir en papier pour se moucher, pour tousser, pour éternuer et après on le jette dans une poubelle.

Pas de civilité, on ne s’embrasse plus et on ne se serre plus la main !

On évite au maximum les contacts avec les personnes atteintes et les objets susceptibles d’être contaminés : les poignées de porte (surtout dans les endroits publics), les boutons d’ascenseur, les jouets et les journaux (dans les salles d’attente des médecins !) mais aussi à la maison : chacun son verre, sa fourchette, sa cuillère, sa serviette de toilette !

Pensez à aérer quotidiennement l’appartement et les chambres pendant plus de 10 minutes, même s’il fait froid.

Saviez-vous que les écrans de vos tablettes et smartphones sont presque autant contaminés que la poignée de la morte du métro ? En ces périodes de virus tout azimut, on pense également à nettoyer régulièrement ses écrans !

Vous pouvez vous tenir informé des épidémies directement sur le site de l’Institut de Veille Sanitaire. N’hésitez pas à télécharger le dépliant pour limiter la transmission des virus : Limitons les risques d’infection (INPES)

 

 

Enfant malade et travail : comment faire ?

Difficile de prendre des jours de congés à chaque maladie de son enfant. La solution est certainement de le faire garder mais les collectivités refusent les enfants malades et pour cause : ils contamineraient tous les autres enfants ! E comme Enfants propose des solutions de garde pour les enfants malades. Nos nounous prendront soin de votre enfant à la maison et lui donneront ses médicaments avec votre autorisation écrite et l’ordonnance du médecin. Ne vous inquiétez pas, nous nous occupons de tout.

 

L’équipe E COMME ENFANTS

27
janvier

Téléphone :
01 86 48 10 44
(prix d'un appel local)