Menu
  • Le flux RSS de ce compte twitter ne semble pas disponible pour le moment.

Suivre @EcommeENFANTS sur Twitter.

16046906

Votre enfant est maladroit ?

Votre enfant est maladroit … simple inattention ou petit problème moteur ?

 

Basile court et trébuche souvent. A 6 ans révolus, il a toujours des difficultés à enfiler ses vêtements ou lacer ses chaussures. Chaque matin, son bol de céréales se renverse sur la table ! Basile a comme on dit « deux mains gauches ». Si la maladresse existe bel et bien chez l’enfant, elle relève souvent d’un manque de concentration ou de confiance en soi, ou à l’inverse d’un excès de témérité. Très rarement, elle renvoie à un petit souci psychomoteur. Avant de vous inquiéter outre mesure, voici quelques questions à vous poser face à un petit maladroit.

 

Dans quelles circonstances est-il maladroit ?

Observez avec attention votre enfant et notez à quel moment il est particulièrement malhabile : Le soir quand il est fatigué ? Ou le matin lorsqu’il part pour l’école et que vous le pressez un peu ? ou encore s’il doit faire face à une situation nouvelle inquiétante pour lui (déménagement, naissance) ? L’enfant hyperactif peut connaître aussi bien des mésaventures. Car son attention est constamment détournée par un bruit, un mouvement. A l’inverse celui qui est trop concentré ne voit pas toujours les obstacles devant lui…

 

Comment réagissez-vous à sa maladresse ?

Vous pouvez vous agacer de réparer constamment les bêtises de votre enfant ou à l’inverse vous dire « que ce n’est pas grave, qu’il est en pleine période d’acquisitions et que c’est une étape normale de son développement ».  Face à ce problème, votre attitude n’est pas aussi anodine que vous le pensez. Un petit maladroit, s’il est systématiquement montré du doigt peut vite perdre confiance en lui !

 

Etes-vous sûre de ne pas surestimer ses capacités motrices ?

Les parents ont toujours le souhait que leur enfant se développe vite et bien. Attention toutefois à ne pas brûler les étapes. A titre indicatif, voici l’âge moyen constaté pour l’acquisition de certaines compétences

  • S’habiller tout seul : vers 4-5 ans
  • Faire du vélo avec des petites roues : 4-5 ans
  • Beurrer sa tartine : pas avant 6 ans
  • Taper la balle dans le but : vers 6 ans

Mais si vous avez plusieurs enfants vous avez sûrement remarqué qu’ils acquièrent leurs capacités motrices à des rythmes différents. C’est une notion importante à respecter !

 

Votre enfant a -t-il suffisamment l’occasion de se « dépenser » ?

A une époque où les déplacements se font plutôt en voiture ou en poussette, il est indispensable que votre petit garçon ou votre petite fille puisse bouger, courir, sauter. Les activités comme la marche, le vélo, les jeux de ballon vont participer à son bon développement moteur … et l’aider dans sa maladresse.

 

Et si sa maladresse était due à un problème d’ordre physique ?

Au cours d’une visite chez le Médecin, pensez à faire contrôler la vue de votre enfant. Si sa vision est incorrecte, il est normal que ses gestes soient moins précis ! De la même façon pensez à faire un suivi auprès d’un podologue (vérification des pieds et des chaussures)

 

La maladresse ne renvoie -t-elle pas une image forcément négative ?

Notre société valorise la performance, la réussite et rejette l’échec. Plutôt que d’adhérer à ces valeurs, interrogeons-nous sur la face cachée de la maladresse. Votre enfant vit peut-être dans un monde imaginaire tourné vers ses pensées et ses émotions, loin du réel, en perpétuelle ébullition ? Sa maladresse ne serait que la manifestation d’un rejet de la pression ambiante. Au lieu de l’accabler, mieux vaut chercher les qualités qui se cachent derrière chaque petit maladroit, le jeu en vaut la chandelle !

 

Lorsque la maladresse devient un handicap

Si votre enfant se révèle maladroit dans tous les domaines, mieux vaut dans ce cas consulter votre pédiatre, qui prescrira un bilan psychomoteur.

Pour en savoir plus : Dyspraxie, la maladie des enfants maladroits – AlloDocteur

 

 

Maryse Damiens

E COMME ENFANTS

 

Pour en savoir plus

Pour aider votre enfant

 

29
novembre

Téléphone :
01 86 48 10 44
(prix d'un appel local)