Menu
  • Le flux RSS de ce compte twitter ne semble pas disponible pour le moment.

Suivre @EcommeENFANTS sur Twitter.

eating-796490_1280

Les enfants et l’alimentation

Les enfants et l’alimentation …

Comment résoudre les caprices alimentaires ?

Votre enfant boude son petit déjeuner, refuse les haricots verts, grignote entre les repas …est-il difficile ? capricieux ? Veut-il s’opposer à tout prix ?

Avant que l’alimentation ne devienne une source de conflit familial, voici quelques « recettes » qui ont fait leurs preuves.

 

Benjamin, quatre ans fait l’impasse sur le p’tit déj

Le premier repas de la journée, après le long jeûne de la nuit, doit représenter un quart des apports énergétiques totaux ! C’est dire qu’il est difficile de s’en passer !

Que faire ? Cherchez les raisons susceptibles de couper l’appétit de votre enfant et mettez en place les mesures adéquates.

Il a peut-être trop mangé la veille au soir ? Allégez dans ce cas ses dîners !

Il s’est levé à la dernière minute … du coup il ne mange pas de peur d’être en retard à l’école ?  Prévoyez un réveil suffisamment tôt pour consacrer du temps au petit déjeuner.

Il n’aime pas manger seul ? Rien de tel que d’être à ses côtés pour partager ce repas et montrer l’exemple !

Enfin, d’une façon générale, évitez de lui servir systématiquement céréales-lait-tartine. Proposez des fruits, de la compote, un laitage, des crêpes, du fromage, du jambon, … L’essentiel est d’éveiller ses papilles !

 

Augustin, cinq ans réclame des boissons sucrées

Les sirops, jus de fruits industriels ou sodas sont saturés en sucre et ne doivent pas entrer en concurrence avec l’eau, seul liquide indispensable !

Que faire ? Les supprimer n’est pas la solution, mais les limiter semble plus approprié. Réservez donc les boissons sucrées pour les anniversaires, les fêtes à l’école, et toujours à petites doses… La même règle s’impose pour les boissons édulcorées ou les eaux aromatisées. De surcroît, vous habituez votre enfant à la saveur sucrée.

A table donc, donnez de l’eau minérale et rien d’autre ! Et n’hésitez pas à mettre une petite bouteille dans son cartable pour la journée.

 

Julia, six ans ne veut goûter aucun aliment nouveau

Normal ! Cela s’appelle la néophobie alimentaire et elle fait partie du développement de votre enfant, entre 2 et 7 ans.

Que faire ? Plus vous lui proposerez des aliments différents, plus votre enfant pourra les connaître et les trouver à son goût … mais sans jamais le forcer.

Associez- le également à vos repas, à la préparation de ses repas, soignez la présentation de son assiette, le tout dans une ambiance conviviale ! Surtout, ne faites pas un menu spécial pour lui, sous prétexte qu’il n’aime pas ce que vous avez préparé. C’est la voie ouverte à tous les caprices !

 

Valentin, sept ans n’avale aucun légume vert

Les légumes, à l’instar des fruits, apportent des fibres alimentaires précieuses pour l’organisme de votre enfant ainsi que des vitamines, minéraux et oligoéléments.

Que faire ? Servezlui les légumes sautés ou en gratin, plutôt que cuits à l’eau, jugés toujours très fades. Mélangez les légumes avec des pâtes, il existe plein de recettes différentes pour cela. Associez-les à un aliment qu’il aime particulièrement comme la pomme de terre par exemple, puis inversez les proportions au fil du temps. Et s’il rechigne devant un légume cuit, faites-lui goûter cru, ou assaisonné chaque fois différemment. Le maitre mot ? La patience ! Les spécialistes disent qu’il faut au moins 10 présentations pour qu’un nouvel aliment soit accepté !

 

Clara, huit ans grignote avant le diner

Manger régulièrement en dehors des repas favorise la prise de poids et empêche votre enfant d’avoir faim à table.

Que faire ? Prendre un solide petit déjeuner et d’un goûter copieux peut réduire le grignotage. Limitez également l’utilisation des écrans (télévision, tablette, ordinateur) car ils favorisent la prise alimentaire. Enfin, veillez à ce que les gâteaux, ou sucreries ne soient pas en libre-service ! C’est trop tentant !

 

Et n’oubliez pas que le goût s’éduque dès le plus jeune âge et tout au long de la vie. On commence la diversification alimentaire par les légumes (haricots verts) plutôt que par les compotes de fruits. Difficile de faire aimer la purée de haricots verts à bébé si la diversification a commencé par la compote de pommes 😉

Profitez des vacances pour lui faire découvrir de nouveaux goûts, des produits de saisons, des plats locaux.

Apprenez-lui les herbes, les épices …

Cuisinez avec lui.

Faites des présentations rigolotes, donnez des noms à ses recettes préférées.

 

 

E comme enfants

Maryse Damiens

 

 

Pour aller plus loin :

Vous pouvez télécharger le-guide-nutrition-des-enfants-et-des-ados-inpes à destination de tous les parents édité par l’INPES

19
novembre

Téléphone :
01 86 48 10 44
(prix d'un appel local)