Menu
nice

Attentat Nice … en parler aux enfants !

#Jesuisnice, #attentatnice, … Comment en parler aux enfants ? Quelles réponses à leurs questions ? Quels mots choisir pour les rassurer ?

Le 9 janvier 2015, puis le 15 novembre 2015, nous avions publié sur notre site Internet un article pour aider les parents et nos intervenants à mettre des mots sur l’indicible auprès des enfants.  Ces articles sont malheureusement encore une fois d’actualité, avec l’attentat survenu à Nice le 14 juillet 2016.

Nous vivons depuis plusieurs mois une période d’effroi où les adultes ont du mal à contrôler leurs émotions. Il faut pourtant penser à poser les mots rapidement avec les enfants, accompagner les images terribles qu’ils ont pu voir. Il faut également expliquer la guerre, le terrorisme, l’état d’urgence, …

Les outils mis en place au lendemain des attentats de janvier et de novembre sont des supports qu’il est possible d’utiliser aujourd’hui. Des outils plus spécifiques seront en ligne dans les jours qui viennent et nous actualiserons cet article à ce moment là. 

Comment leur parler de l’attentat de Nice, de ce qui s’est passé ? Le faut-il ? Comment adapter la réponse à l’âge de l’enfant ? Comment rassurer les plus petits ? Les plus grands aussi ? Expliquer l’inexplicable …

Il est indispensable de parler avec les enfants. En effet, les enfants seront confrontés à des prises de paroles dans la cour de récréation pour ceux qui sont en colo ou en centre de loisirs, via également les médias sociaux, Des SMS circulent sur leurs téléphones portables avec #attentatnice #prayfornice #jesuisnice. Les enfants se sont emparés du sujet et nous devons accompagner leurs réflexions et les émotions qui les assaillent.

Toutes les voix des psychiatres et psychologues, dans les différents articles parus depuis 18 mois, s’élèvent pour dire qu’il faut en parler avec eux, les accompagner dans leurs réflexions et répondre au mieux à leurs questions. Leur demander ce qu’ils ont compris, ce qu’ils ressentent Le tout, en les rassurant. Il ne faut pas les forcer à recevoir une information qu’ils ne souhaitent pas. Il n’est pas non plus nécessaire, surtout pour les plus jeunes, de les mettre devant des images qu’ils auront du mal à  décoder. Il faudra rester factuel afin d’éviter que les enfants fantasment des événements inventés.

Avec les plus jeunes, abordez le sujet mais sans excès. Et ne vous inquiétez pas de votre propre émotion : c’est normal qu’elle s’exprime devant une telle situation. Choisissez cependant un moment approprié, calme, pour aborder le sujet. Avant 4 ans, ne provoquez pas le sujet sauf question de leur part.

Pour démarrer, dites simplement : « Il s’est passé quelque chose de grave dans notre pays / en France / à Nice ». « Des personnes qui regardaient le feu d’artifice, …ont été attaquées … ». Et laissez ensuite les questions arriver.

Il ne faut surtout pas conclure la conversation d’un « c’est très triste, n’en parlons plus ». Les enfants ont l’absolue nécessité de s’interroger pour libérer les tensions qui les agitent. Les méchants peuvent-ils revenir ? Les méchants s’en prennent-ils aux enfants ? Ces questions auront d’autant plus d’importance pour eux, que de nombreuses victimes de l’attentat de Nice sont des enfants.

Si l’enfant est très jeune, dites-lui en peu. Si votre enfant réagit et qu’il pose des questions complémentaires, répondez-y, sans tourner autour du pot mais en utilisant bien sûr des termes adaptés. Profitez-en pour savoir si votre enfant a entendu des informations autour de lui : « Vous en avez parlé avec les copains / les copines ? Tu as reçu des SMS ? » Cela vous permettra de réajuster les choses au besoin.
Enfin, rassurez votre enfant, même si vous avez du mal à y croire : « C’est terrible ce qui s’est passé, mais tout le monde réagit pour que cela ne se reproduise plus / Les policiers cherchent les méchants / Les attentats sont liés à des conflits qui ont lieu à l’extérieur de la France et des mesures ont été prises par l’Etat».

Le message que nous entendons partout est que « ça peut arriver à n’importe qui », à « monsieur tout le monde ». Il faut leur dire que c’est un événement rare, qui n’arrive pas tous les jours. Le but est de ne pas les inquiéter, paniquer et dramatiser. Il ne faut surtout pas changer ses habitudes, mais le rassurer.

Il faut également veiller à ne pas donner de détails sur la violence de l’attentat. Ne mettez pas les enfants devant les journaux télévisés ou les chaînes d’information. Les images qui circulent depuis cette nuit sont d’une violence extrême. En revanche, il est essentiel, pour éviter une anxiété supplémentaire, de dire que l’assaillant est mort.

Vous trouverez ci-après quelques liens pour nourrir votre dialogue avec les enfants et vous apporter des conseils. De nombreux blogs de parents ont également des publications qui peuvent vous aider.

N’hésitez pas à vous reporter à l’article du 9 janvier 2015 après l’attentat contre Charlie Hebdo  ou à celui du 15 novembre 2015 après les attentats de Paris.

Les ressources ci-dessous sont celles qui ont été élaborées lors des attentats de Janvier 2015 et Novembre 2015. Même si elles ne concernent pas directement les faits qui se sont produits hier soir, la manière d’aborder le sujet avec les enfants est identique. 

Une vidéo à regarder dès maintenant avec les enfants sur le site 1jour1actu.com : c’est quoi le terrorisme ?

Vous trouverez par ailleurs, et par tranche d’âge, des  publications que vous pouvez imprimer et lire avec eux, en les accompagnant.

Des ressources à destination des enseignants ont également été mises en ligne sur le site Educsol, que vous pouvez consulter et sur webpedago.

Publications à destinations des enfants, en fonction de leur âge :

Dès dimanche soir 18 juillet, comme cela avait déjà été le cas lors des attentats de Janvier et Novembre 2015, un numéro spécial du Petit Quotidien sera en ligne et en téléchargement gratuit. D’ici là, voici l’article qu’ils ont mis en ligne sur Twitter 

Et sinon, en attendant, les publications de l’an dernier.

– Pour les 6 – 10 ans : Le Petit Quotidien Attentats,

– Pour les 10 – 14 ans : Mon Quotidien Attentats 

– Pour les 14 – 17 ans : L’Actu Attentats

Les éditions BAYARD Presse ont mis en ligne des supports pour les parents en fonction de l’âge des enfants en téléchargement gratuit :

– pour les 5 – 8 ans, sur la violence : Youpi

– pour les 7 – 11 ans, sur les attentats de Paris : Astrapi

– pour les 10 – 15 ans, sur le fanatisme : Okapi

– pour les plus de 14 ans, sur Daesh : Phosphore

 

L’équipe d’E COMME ENFANTS

Nous sommes NICE

15
juillet

Téléphone :
01 46 21 10 97
(prix d'un appel local)